Serial killers

tueur un jour, tueur à vie (Part II)

 

   Il y a des meurtres comme ça qu'on n'arrive pas à  expliquer, ou du moins, notre cerveau n'arrive pas à accepter l'explication donnée. Il y a d'autres meurtres qu'on arrive plus ou moins à comprendre. On sait tous ce qu'est la jalousie, l'amour, l'argent, la haine… Ce sont des motifs qu'on arrive à accepter… Il y a des meurtres par contre, auxquels on ne cherche pas vraiment d'explication, elle nous importe peu. Mais ces meurtres là, on s'en souvient, car le tueur a bien choisi sa cible.

Le 8 décembre 1980, New York. Il est 22h52 et John Lennon rentre chez lui. Plus tôt dans la journée, Lennon avait serré la main d'un de ses plus grands fans…LE fan qui causera sa perte. Mark David Chapman mit fin au 'rêve Lennon' ce jour là. On ne se souviendra plus que de ça. Chapman était un fan inconditionné des Beatles, il croyait aux paroles de Lennon, le rêve d'un monde dans lequel toutes ces choses qui nous poussent à se haïr et s'entre tuer serait inhibées. « Lennon nous dit d'imaginer un monde sans possessions, et le voilà avec des millions de dollars, des yachts, des propriétés et investissement immobiliers, se moquant des gens comme moi qui crurent ses mensonges et achetèrent ses disques, en construisant une grande partie de nos vies autour de sa musique. » se justifiait Chapman. Quelque part, si on y réfléchi bien… Chapman n'aurait il pas raison ? Il n'y aurait il pas contradiction entre la vie de Lennon et ses paroles ? Peut être que Lennon s'est créé son propre costume de scène, l'homme hippie militant pour la paix et l'égalité de tous les hommes, mais qu'en fait il n'en avait rien à faire de tout ça. Mais d'un autre côté, show-business ou réalité,  Lennon a tout de même réussi à laisser une empreinte de paix et à convaincre d'autres personnes saines d'esprit. Et rien que pour cette raison, Lennon mérite tout ce succès 20ans après.

Même si Chapman a été jugé conscient de ses actes, et qu'il n'a pas plaidé la folie malgré des antécédents psychiatriques et une toxicomanie ; entre nous, on n'a pas besoin de faire 10ans d'études pour voir qu'un homme qui tue son idole parce qu'elle l'a déçue de par ses idées est, ne serait ce qu'un tout petit peu, dérangé !!!

 Il y a beaucoup d'autres exemples de tueurs comme Chapman, tuant leurs idoles par amour ou déception, mais je citerai plutôt Nathan Gale. Contrairement à Chapman, Gale n'a jamais avoué être fan du groupe de metal Pantera. Il s'amenait pourtant aux séances de répétition du groupe de ses amis avec une partition, prétendant qu'il l'avait écrite, mais tout le monde savait que c'était de pantera. Voyant que personne ne le croyait, il répétait à qui voulait l'entendre que « Pantera avait volé son identité ». Pris dans un délire intérieur, Gale décide de se rendre justice le 8 décembre 2004. Pantera s'était séparé à ce moment là. Le chanteur Phil Anselmo était parti de son côté, et les frères Abbott avait composé un autre groupe : Damageplan. Alors qu'ils étaient sur scène, Gale offre un spectacle qu'on aurait préféré éviter. Muni d'un fusil semi-automatique, il vise la tête de 'Dimebag' Darrell Abbott et met fin a ses jours. Quatre autres personnes y sont passées avant qu'un officier abatte Gale.

Gale avait été radié des marines après qu'on lui ai diagnostiqué une schizophrénie, on dit pourtant qu'il ne faut pas rigoler avec ce genre de maladies. Et voilà le résultat, l'un des plus grand guitaristes y passe parce qu'un malade n'a pas su faire la différence entre ce qu'il aime et ce qu'il a lui même fait.

 Sans être particulièrement fan ou déséquilibré, Mario Teràn  restera dans l'histoire comme celui qui lança les 7 coups de feu qui ont mis fin à la vie du Che. Volontaire  tiré au sort, ou désigné par le général Barrientos, Le 9 octobre 1967 dans l'école de la Higuera, Teràn est celui qui a fait qu'El commandante n'était devenu qu'un cadavre allongé torse nu sur une table. Les récits quant à la mort du Che sont confus et contradictoires, on sait en tous cas d'après les photos que sa mort n'était pas digne de sa vie. Tel un trophée, son cadavre sur une table, on n'a même pas prit la peine de lui refermer les yeux.« Soyez serein et visez bien! Vous n'allez tuer qu'un homme! » Disait le Che à Teràn. Et pourtant Teràn a tué une légende, et il n'a pas pu vivre avec ça. Il se fait passer pour mort deux ans après ; en réalité, il a vécu sous un faux nom depuis ce jour là.

Humberto Muñoz Castro assassina le footballeur colombien Andrés Escobar, Marcus Junius Brutus Caepio fut celui qui a porté le dernier coup en poignardant Jules César mettant fin à ses jours ; Nathuram Vinayak Godse assassina ghandi ; et il y en a tant d'autres… La plupart n'ont tué qu'une seule personne contrairement aux serial killers. Pourtant ce sont des tueurs au moins aussi dérangés, ou des calculateurs aussi malins. Quoi qu'il en soit, le statut de tueur ne requière guère d'expérience, car tueur un jour, tu deviendras tueur à vie…

          FIN.                                                                                                  

                                                                                                        Fella ZN 

Retour à l'accueil 

Consulter la première partie

Consulter la liste des tueurs



28/07/2009
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres