Serial killers

Rezala, l'ange noir de la mort

                                    


  

« 30 secondes avant, je ne savais pas que j'allais la tuer… c'est comme un flash, tu la vois morte, c'est comme un ordre qu'on te donne en image, après tu l'exécutes… » Disait il au journaliste Aziz Zemmouri du Figaro magazine.

Si un jour l'envie vous prend de sauter dans un train de nuit, rappelez vous Sid Ahmed Rezala ! ''Le tueur des trains'' a assassiné violement au moins trois personnes : Une jeune étudiante de 20ans nommée Isabelle Peake. D'après ce qu'on lit partout ''Il a d'abord tenté de la violer, et a fini par la jeter par la fenêtre  du train ; elle est morte sur le coup  … L'état du cadavre était tel que personne ne pu dire si Isabelle fut violée ou non''. Aziz Zemmouri, seul homme à qui Rezala a tout confié, a rapporté qu'Isabelle avait séduit Sid Ahmed, mais celui-ci avait fini par apprendre qu'elle avait un amoureux, il a brusquement ressenti  « Trop de haine pour elle, et beaucoup de peine pour son mec ».

Deuxième victime connue, Emilie Brazin. Cette jeune fille a eu une brève relation avec le tueur. Elle fut retrouvée dans la cave au dessous de son appartement. Etranglée avec une chemise en jean retrouvée autour du cou.

Et enfin, Corine Caillaux, jeune maman de 36 ans ; elle fut retrouvée dans les toilettes d'un train de nuit, Son corps était lacéré de quatorze coups de couteaux, au visage, dans le cou, sur l'abdomen et dans le dos. « …de la pure folie… je ne sais pas ce qui m'a pris… je n'ai pas vu qu'elle avait un gamin, parce que je n'aurais rien fait c'est sûr… dans le train j'étais défoncé. Á l'époque, je buvais deux litres de Jack Daniel's  par jour, mélangé à du shit, et je prenais aussi des cachets… ». Le fils de Corine, 5ans, l'attendait dans le même train. Rezala avait aussi confié que la victime lui avait fait un sourire, et voilà, il a eu un flash. D'après la police, Corine n'a pas été violée.

Chose incompréhensible, est que Rezala n'a jamais essayé de dissimuler les preuves de sa culpabilité, bien au contraire, tel un artiste signant son œuvre,  il laissait son empreinte sur chaque lieu de crime : ses bagues, la chemise en jean qui a servi à étrangler la seconde victime, du sperme, un mégot de cigarette, sa casquette souillée de sang… Mais quand Rezala fut déclaré ''ennemie public numéro un'' et recherché dans toute la France, en Belgique -pays natal de sa mère-, et dans tout le Maghreb ; avec une incroyable habilitée, Il  réussit à passer à travers l'émaille du filet, en quittant la France pour le Portugal.

La famille Rezala a pourtant quitté l'Algérie en 1994 afin de fuir les violences dites 'islamiques' qui y régnaient. Mais le jeune Sid Ahmed, âgé alors de 15ans, n'a pas réussis à se débarrasser de cette violence  restée gravée en lui. Drogue, alcool, vols de voitures, agressions ; Sid Ahmed fut figé très vite comme délinquant. En 95, alors qu'il n'a pas encore 16ans, il commet son premier viol sur une jeune fille de 13ans. Emprisonné alors pour 4ans, il affirme s'être fait violer, et fut accusé lui aussi de viole sur un autre détenu.

Est-ce que ces gens qui se prétendent assez intelligents pour nous juger quand on déconne, pensent vraiment qu'après avoir côtoyer les pires criminels, on devient un citoyen modèle ? Non ! C'est plus facile de mettre la  menace loin des regards pendant un moment ; mais quand c'est un gamin de 15ans, le peu qu'on aurait pu récupérer de lui sera définitivement perdu.

Le cas de Sid Ahmed n'a malheureusement pas fait exception à cette règle ; au grand malheur de la famille : « Rend toi à la justice en qui tu dois avoir confiance…Quoi que tu aies fait et même si tu n'a rien fait, tu dois maintenant t'expliquer devant un juge. La fuite ne sert à rien, sauf à aggraver les choses. Fais-le pour nous, pour ta famille, pour ta petite fille. ».

En effet, Sid Ahmed avait eu une fille avec une ex compagne, qui l'avait quitté lors de ses arrestations répétées, même s'il a très mal vécu cet 'abandon', il est resté père aimant, et a continué à appeler sa fille, ce qui a permit son arrestation au Portugal.

Sourire charmeur, et gentillesse désarmante, Rezala n'a jamais pu se sortir de ce grand abysse de violence. Il a confié s'être fait violer à l'âge de 9, et bien que sa famille était au courant, le sujet était trop tabou pour être évoqué. Il a connu les pires horreurs dans son pays. La violence et le meurtre ont été banalisés dans cet esprit plus sensible que les autres. On aurait eu pitié pour lui, mais Sid Ahmed a fait trop de mal autour de lui pour qu'on le lui pardonne. Lui-même ne s'est pas accordé le pardon ; mercredi 28 juin 2000, 23heures, Sid Ahmed Rezala s'est donné la mort en mettant le feu à sa cellule quand toute la prison suivait la demie finale de l'euro opposant la France au Portugal. Il ne passa même pas en jugement, il s'est jugé lui-même.

                                                                                               Fella ZN


                                        

Retour à l'accueil

Consulter la liste des Tueurs



21/05/2009
8 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres