Serial killers

ImMorales

    
                                        



   Entre l'océan pacifique et le Guatemala, le plus petit pays d'Amérique centrale, le Salvador, fut le théâtre d'une guerre civile sanglante. Plus de 100 000 morts entre 1980 et 1992. Comme si cela ne suffisait pas, il a fallu que le Salvador connaisse une autre horreur : Gustavo Adolfo Morales.

A peine remis de ses blessures, le pays fut frappé par ce tueur et violeur en série si jeune. A 17 ans, accusé de 17 meurtres, jugé pour 7 et condamné à 7 ans de prison, Morales avait dépassé la limite du raisonnable quant à une crise d'adolescence. Pourtant l'état a bien essayé de garder l'affaire secrète. Des 17 meurtres présumés, on ne sait que peu de choses sur le mode opératoire du tueur, mis à part que dans tous les cas, les victimes furent trouvées violées.

Ça a commencé quand Morales avait 14ans, sa petite amie de l'époque repoussant ses avances sexuelles, il prit les devants et la viola, pour ensuite découper sa poitrine et la jeter encore vivante dans un puits. A partir de là, Morales encore en liberté, a due penser qu'il était invincible. S'il a pu faire ça sans que personne ne lui tape sur les doigts, alors il peut tout faire. Les meurtres ont suivit, les violes avec. Jusqu'au jour où on l'arrête…3ans plus tard.

« Mes mains n'ont jamais tué » clamait-il,  «Le juge croit que c'est moi à cause de mes tatouages et de mes vêtements, personne ne me croit. » On serait tenté de le croire, mais son argument n'est pas très convainquant, et sa réputation pesait plutôt lourd de l'autre côté de la balance. A 10ans sa mère le retira de l'école car les enfants le battaient tous les jours, pour que le « Mara Salvatrucha » lui ouvre ses bras trois ans plus tard et l'accueille parmi les siens. Le « Mara Salvatrucha » était un gang du coin, et qui dit gang dit loi du plus fort ; montre moi que tu n'as peur de rien, je te devrais mon respect. Quelques fuites ont révélés qu'il se pourrait que Morales n'ait pas été seul sur les lieux des meurtres. Certains membres du gang auraient pu être présents. Les gens parlaient d'un « Jeune homme obligé de devenir de plus en plus violent pour impressionner ses amis du gang. Sa brutalité lui a permis de devenir un des chefs ».

Morales fut donc jugé. Pour manque de preuve, il a été poursuivi pour 7 meurtres au lieu de 17. Le juge le condamna à la sentence maximum pour un mineur : 7 ans de prison.

En 1999, Morales s'est évadé en assommant un surveillant avec l'aide de 7 autres détenus. Il est resté en liberté pendant quelques heures.  20 familles ont fuit le coin où a grandi Morales, la terreur était de retour.

Cet événement aurait pu sanctionner une éventuelle libération sur parole du jeune homme. Mais en 2002, Morales a accordé une interview à un journal. Il affirmait avoir changé, comme beaucoup de détenus, il disait avoir trouvé Dieu. Comme si l'équipe de criminels avec lesquels il était enfermé lui ont montré le chemin de Dieu, celui qu'il n'a pas su trouver quand il était libre. Quelques mois plus tard, Morales fut libéré sur parole pour bonne conduite, un an avant la date prévue. Il faut croire que dans certains pays, la bonne parole d'un homme suffit pour le laver de tous ses pêchés.

Morales n'était pas redevenu un ange pour autant. Il a été arrêté à plusieurs reprises pour des infractions moins graves que le meurtre et le viol certes, mais ce n'était pas très propre pour autant (possession d'arme à feu, vol, agression…) et il se justifiait  disant s'être retrouvé au mauvais endroit, au mauvais moment.

  Un jeune délinquant est devenu une chose tout à fait banale. Ça ne choque personne. Dans le cas de Morales,  les choses étaient complètement hors contrôle. Plus ses actes étaient horribles, plus il se faisait respecter. Les gens avaient peur de lui, plus personne n'oserait s'attaquer à lui, il était plus fort que tous. Il ne pouvait pas accepter qu'une jeune fille lui refuse quelque chose.

I fut un temps où le faite de se prendre la main comblait largement deux amoureux. Où un sourire, un « je t'aime » suffisait largement pour rendre heureux…Il fut un temps….

                                                                                Fella ZN


                                                




10/11/2009
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres